Aller au directement au contenu
Imprimer Partager ce contenu de Décisions sur Facebook Twitter Partager ce contenu de Décisions par Email

Tribunes

Groupe PSEA

Auvergne-Rhône-Alpes plébiscitée, le climat comme trait d’union

Le vendredi 29 juin, les conseillers régionaux auvergnats et rhônalpins ont tenu une séance plénière commune, par l’intermédiaire d’une visioconférence. C’était une première en France. Cette réunion inédite a marqué une nouvelle étape dans le processus d’union des deux Régions activement accompagné et préparé par Jean-Jack Queyranne et René Souchon.

Cette réunion commune était une première symbolique. Nous avons démontré notre capacité à gérer une Région grande comme un pays grâce aux moyens numériques que nous avons développé ces dernières années, en Auvergne comme en Rhône-Alpes. Au cours de cet événement, les présidents des groupes socialistes auvergnats et rhônalpins (Jean Mallot, Philippe Reynaud et Michèle Eybalin), ont rappelé l’attachement des socialistes à cette union qui donnera naissance à une grande Région européenne, toujours plus juste et proche des citoyens et des territoires, bras armé de la transition écologique.

Cette transition écologique sera le trait d’union des Régions Auvergne et Rhône-Alpes. La nouvelle Région sera dotée d’un GIEC régional, les outils OSER créés en Rhône-Alpes pour rénover énergétiquement les bâtiments publics et développer les énergies renouvelables seront étendus à l’Auvergne et une agence régionale de la biodiversité sera mise en place. Déjà Région sans OGM depuis 2004, première Région à s’être engagée résolument contre l’exploitation des gaz de schiste dès 2010 grâce à l’action résolue des élus socialistes, dotée d’un Plan Climat Régional, d’un SRCAE, d’un Plan Bâtiment Durable, etc. Rhône-Alpes, est leader de la transition écologique. L’union avec l’Auvergne renforcera cette capacité d’action en faveur du climat et de l’environnement. 

Fermer le contenu de cette tribune

Groupe UDC et Apparentés

Une union à fonder sur des valeurs et non sur un système administratif

Cette session a essentiellement été marquée par la visioconférence organisée afin de débattre avec nos collègues du Conseil régional de l’Auvergne. Un énième « coup de com » de Jean-Jack Queyranne et son alter ego René Souchon qui multiplient les effets d’annonce sans jamais dévoiler leur vision de l’union de nos deux régions.

Nous avons saisi cette opportunité pour nous exprimer sur le fond. Et notre conviction, c’est qu’il nous faut bâtir cette union avec l’Auvergne sur des valeurs et non sur un système administratif.

Il est en effet essentiel de donner un sens à cette union, et nourrir pour notre grande région une formidable ambition basée sur l’excellence dans tous ses domaines de compétence : apprentissage, transports, économie, emploi, lycées ou enseignement supérieur.

Pour que la réussite soit au rendez-vous, il est également indispensable de nous appuyer sur les femmes et les hommes qui vivent et font vivre notre région au quotidien.

Le défi est immense. La décentralisation doit retrouver un nouveau souffle dans notre pays. Nous devons imaginer et bâtir ensemble ce que seront les collectivités locales de demain. À charge pour nous de susciter l’émergence d’une véritable identité régionale, qui nous permettra de fédérer les énergies sur nos territoires et de créer un sentiment d’appartenance fort, afin de relever ensemble les défis de demain.

En conclusion, inspirons-nous du Général de Gaulle qui nous recommandait, il y a déjà plusieurs dizaines d’années, de « nous garder de faire une Région jacobine dans laquelle Lyon traitera aussi mal ses provinces que Paris a traité la France depuis 1789 ». 

Fermer le contenu de cette tribune

Groupe EELV

Pour qu’Auvergne-Rhône-Alpes s’engage dans la transition écologique, citoyenne et solidaire

Le 1er janvier 2016, l’Auvergne et Rhône-Alpes auront fusionné. Qu’apporte cette nouvelle super-région au-delà des additions de superficie, de PIB ou d’habitants, au-delà des rêves de grandeur de politiciens professionnels qui l’ont décidé sans consulter les citoyens ? Pour l’instant, cette fusion ignore les véritables questions, ne rend pas l’action publique plus lisible et risque d’éloigner la Région des citoyens.

Aux antipodes de la loi « NOTRE », les écologistes veulent des territoires qui vivent et non l’abandon des territoires ruraux et de montagne, l’égalité territoriale, et non l’aspiration des pouvoirs, des savoirs, des activités et de l’argent public dans des métropoles déjà bien arrosées.

Il faut donner plus aux territoires qui ont le moins. Contre le sentiment d’abandon, il n’y a que la solidarité qui vaille. La solidarité au quotidien. La solidarité en actes. Il y a un besoin criant d’une Région plus ouverte aux initiatives citoyennes, plus solidaire, plus démocratique, plus écologique, qui laisse la place aux milliers de petits projets utiles et partagés plutôt qu’à quelques grands projets inutiles et imposés.

Partout déjà en Auvergne et en Rhône-Alpes, des milliers d’alternatives sont en gestation, en cours de création ou en pleine croissance. Dans les entreprises, les coopératives, les associations, partout dans nos communes, dans nos villes, les initiatives bouillonnent. La Région doit désormais s’engager franchement à leurs côtés.

Agriculture locale, paysanne et biologique, économie sociale et solidaire, économie circulaire, efficacité énergétique et énergies renouvelables : il y a là une vraie alternative à ce système en crise, celle de la transition écologique, solidaire et citoyenne. 

Fermer le contenu de cette tribune

Groupe FN

Dix ans de gaspillage d’argent public

Avec la fusion des Régions, l’exécutif socialiste consacre l’éloignement de nos compatriotes, oubliés de la République, trahis par cette politique d’hyper métropolisation aboutissant à l’augmentation de la désertification rurale. Cette fusion, ils le savent, va les déposséder un peu plus de leur culture et de leur identité.

Pas de quoi s’auto-congratuler comme le font les deux présidents socialistes des Régions Auvergne et Rhône-Alpes, surtout quand l’on connaît leur bilan désastreux !

Dix années de gaspillage de l’argent public, d‘explosion de l’endettement des deux régions, d’augmentation des taxes, du démantèlement de ses services publics en milieu rural…

Pour les élections régionales de décembre, le Front National s’engage à construire une région pour tous, qui resserre les liens des territoires entre eux pour casser la folle logique d’intégration européenne. Nous construirons une région prête à accueillir la grande réforme territoriale de Marine le Pen qui, elle, laissera toute sa place à la coopération entre les départements et la valorisation de provinces enracinées. 

Fermer le contenu de cette tribune

Groupe FG

Auvergne et Rhône-Alpes, du progrès, sinon rien !

La fusion doit apporter du mieux aux femmes et aux hommes d’Auvergne et Rhône-Alpes. Sinon à quoi bon ?

Les Auvergnats et Rhônalpins réclament la généralisation à la nouvelle région de ce qui se fait de mieux dans chacune des deux, de la construire par rapport au territoire le moins favorisé. Alors elle portera des avancées pour tous.

Ils réclament une région de démocratie, d’égalité entre ses habitants et territoires, de services publics partout, du développement de l’emploi pour la transition écologique, de la culture pour toutes et tous.

La fusion vise des économies, rompt avec les valeurs de la République au profit de la concurrence, et éloigne les citoyen-ne-s.
Il va falloir une volonté farouche, des luttes collectives rassemblées pour construire notre nouvelle région en combattant ce dessaisissement de ses habitantes et habitants et permettre l’expression et la défense de leurs attentes. 

Fermer le contenu de cette tribune

Groupe PRG-GE et Apparenté

Union de l’Auvergne et de Rhône-Alpes : un défi à relever !

La première réunion conjointe des deux assemblées régionales, le 29 juin dernier, a donné le coup d’envoi officiel du rapprochement entre l’Auvergne et Rhône-Alpes.

À la lumière des débats, chacun mesure les défis qui accompagnent cette union, certes initiée dans le cadre d’une loi maintes fois réécrite…

Quels que soient les ressentis passés, l’heure est au retroussage de manches pour que la future grande collectivité fonctionne à partir du 1er janvier 2016.

Il en va de la crédibilité de l’institution régionale, il en va aussi évidemment de l’intérêt des citoyens qui attendent, à raison, des politiques publiques et des services quotidiens aussi efficaces que par le passé ! 

Fermer le contenu de cette tribune

Décisions N°63 – juillet 2015
La lettre d’information de votre Région est propulsée par 111 Média, une solution conçue et développée en Rhône-Alpes.